Nouveau contrôle technique : les choses à savoir

Avec l’arrivée du nouveau contrôle technique le 20 mai prochain, les règles se durcissent. La nouvelle formule fait peur, on vous en dit plus.

Un nouveau contrôle technique plus dur

Avec un total de points à vérifier qui passe de 124 à 131, le tout sur 9 fonctions du véhicule, ce renforcement est accompagné d’une augmentation des défauts possibles de 450 à 606. Parmi ces défauts, la grande nouveauté du contrôle technique version 2018 est l’apparition des défauts critiques. Ces derniers sont ceux qui inquiètent le plus les propriétaires de voitures, qui ont peur de se retrouver à ne plus pouvoir rouler.

Conçu pour harmoniser le contrôle avec nos voisins européens, cette nouvelle formule va également permettre aux propriétaires de véhicules de mieux comprendre les défauts trouvés par le contrôleur. Ces défauts sont catégorisés comme ceci :

  • 139 défauts mineurs : défauts qui n’ont pas d’effet sur la sécurité du véhicule ou l’environnement. Ces défauts n’imposent pas de contre-visite.
  • 340 défauts majeurs : risquant de mettre en danger le conducteur ou les autres usagers, ou ayant un effet néfaste sur l’environnement, ils entrainent une contre-visite à effectuer dans les deux mois.
  • 127 défauts critiques : ces défauts entrainent un risque immédiat pour la sécurité routière ou l’environnement, et doivent être réparés d’urgence. Ils sont également à corriger dans les deux mois via une contre-visite obligatoire.

La classification des défauts est donc à l’appréciation du contrôleur, en fonction de la gravité de ceux-ci.

Défaut critique = immobilisation du véhicule

Lorsqu’un véhicule aura un ou plusieurs défauts critiques, il n’aura plus le droit de circuler avant d’être réparé. La réparation devra être effectuée dans les deux mois pour repasser ensuite en contre-visite. Une fois le défaut établi, vous devrez donc amener votre véhicule le jour même sur son lieu de réparation.
Parmi les défauts critiques possibles, vous trouverez :
  • Un système de freinage défectueux, ayant des fuites graves ou totalement inefficace.
  • Un élément de carrosserie mal fixé.
  • De la corrosion très importante sur des éléments de sécurité.
  • Des pneus totalement usés.

Un véhicule ayant des défauts critiques devra donc être réparé très rapidement, afin de pouvoir passer une contre-visite dans les délais impartis, sous peine de devoir repasser un contrôle complet, et donc de repayer la totalité du contrôle.

Quels changements pour les automobilistes ?

Etre automobiliste coûte cher, de plus en plus chaque année. Augmentation des taxes, des assurances, de l’entretien, et désormais, le contrôle technique. Avec un nombre de points à vérifier en augmentation, et une vérification encore plus précise des véhicules, le tarif du contrôle technique va augmenter. Il faudra donc prévoir cette augmentation dans votre budget auto.

D’un autre côté, les spécialistes estiment qu’environ 5% des véhicules sur nos routes ne devraient pas y circuler. Il est possible donc que ces nouvelles mesures améliorent la sécurité routière. Et n’espérez pas circuler sans passer le contrôle technique, vous vous exposeriez à une amende de 135€, une immobilisation du véhicule, voire même une mise en fourrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.